En psychiatrie, la psychoéducation ou éducation thérapeutique (ETP) décrit un processus d’apprentissage par lequel une personne acquiert des compétences pour gérer la maladie qui la concerne. Initialement proposés par les professionnels de santé à l’entourage des personnes malades, des programmes de psychoéducation se sont développés depuis les années 1980, à l’attention des patients. Aujourd’hui, l’intérêt de cette approche est démontré. De fait, de nombreuses applications smartphones ont été développées dans le domaine de la santé mentale, mais comment démontrer leur efficacité dans le trouble bipolaire ?

Dans le cadre de leurs projets de recherche, les Professeurs Ludovic Samalin et Pierre-Michel Llorca du CHU de Clermont-Ferrand en France, ont développé SIMPLe+, une application de suivi autonome à destination des personnes vivant avec un trouble bipolaire (disponible pour l’instant uniquement sur prescription médicale).
Pour les patients, l’application est non stigmatisante, discrète et non invasive ; elle peut détecter des modifications de l’humeur et des situations d’urgence, elle délivre des messages de psychoéducation adaptés et personnalisés.
Pour la partie recherche, l’objectif est d’évaluer l’efficacité d’une application smartphone en comparaison avec la participation en présentiel à des groupes de psychoéducation chez des patients pris en charge pour un trouble bipolaire dans une dizaine d’hôpitaux participants.

Pour mémoire, en amont de ce sujet, la Fondation FondaMental Suisse avait participé en 2019 au développement de l’application eBipolar  en Suisse. L’objectif de ce projet était d’améliorer le suivi des patients en leur permettant de saisir leurs données de manière autonome à l’hôpital ou à leur domicile.

Vous souhaitez soutenir la recherche en santé mentale ? C’est par ici.

 

Sources et illustration : Psycom.org & simple-bipolaire.fr