Des scientifiques de l’Institut Pasteur, de l’Inserm et du CNRS viennent de publier un article dans la revue Nature sur le microbiote intestinal, son rôle dans le fonctionnement du cerveau et la régulation de l’humeur. Pierre-Marie Lledo, chef de l’Unité Perception et Mémoire de l’Institut Pasteur (CNRS/Institut Pasteur) et co-auteur de l’étude explique : « Étonnamment, le simple transfert du microbiote d’un animal souffrant de troubles de l’humeur à un animal en bonne santé a suffi pour provoquer des changements biochimiques et conférer à ce dernier des comportements de type dépressif ».
Les chercheurs ont identifié certaines espèces bactériennes qui sont considérablement réduites chez les animaux souffrant de troubles de l’humeur. Ils ont ensuite démontré qu’un traitement oral avec les mêmes bactéries rétablissait des niveaux normaux de dérivés lipidiques, atténuant ainsi les comportements de type dépressif. Ces bactéries pourraient donc servir d’antidépresseurs. Ces traitements sont connus sous le nom de « psychobiotiques ».

La Fondation FondaMental Suisse recherche des fonds pour financer un projet sur « autisme et microbiote », soumis par les équipes du CHUV associées aux Hôpitaux Universitaires Henri Mondor & UPEC en France : son but est la caractérisation précise, clinique et biologique, de sous-groupes de personnes avec autisme qui pourraient bénéficier de traitements à visée gastro-intestinales en particulier de probiotiques. Le budget de 336 000 CHF permettra aux chercheurs français et suisses de travailler ensemble pour obtenir plus rapidement le séquençage du microbiote, les analyses bio-informatiques et bio-statistiques.

Soutenir la recherche
Sources & illustration : Nature & Newswise (en anglais).